Le jour où j’ai dit à ma fille d’oublier son plan B…


Je me souviens de ce jour là, c’était il y a quelques semaines… Ce jour où je lui ai dit d’oublier son plan B, j’y repense régulièrement depuis.
C’est fou comme avoir des enfants peut nous pousser à changer, à voir les choses sous un angle différent.

La question de l’orientation

Ma fille vient d’avoir 16 ans. Elle est au lycée et question orientation, les choses sérieuses commencent… Elle est passionnée de dessin et d’écriture depuis quelques années maintenant. Elle y passe tout son temps libre, et naturellement elle rêve de faire de sa passion son métier. Elle est douée. Etant sa mère, je suis absolument fan de ce qu’elle fait, et je suis convaincue qu’elle peut y arriver. Et pourtant, il y a quelques années, je lui disais que vivre de l’écriture, c’est pas donné à tout le monde et que le mieux c’était quand même d’avoir un autre métier. On a refroidi son enthousiasme et mis un voile par dessus son rêve à cause des peurs qui ne concernaient alors que nous.

Oh, il n’a pas fallu lui expliquer plusieurs fois avant qu’elle hypothèque son rêve, et elle a très vite cherché un “vrai métier”. Un métier qui lui permettrai tant qu’à faire de s’épanouir dans l’écriture. Elle a pensé au journalisme, et elle a fait un stage… Duquel elle est revenue mitigée. Et puis les mois passant, elle était de moins en moins enthousiaste. La COPSY (Conseillère d’Orientation Psychologue) a fini de la décourager en lui annonçant que les places étaient chères et qu’il lui faudrait voyager, changer de région si elle voulait avoir sa chance.

Retour case départ…

Le plan B

En ce moment, elle se penche sur le métier de scénariste. Sur le papier, ça lui permettrait d’être plus proche encore du métier d’écrivain qu’elle vise. J’aime donc plutôt bien cette idée.

Il y a quelques semaines, au détour d’une conversation avec une copine, je l’entends lui expliquer son projet : écoles, concours… Et je l’entends évoquer “un plan B”. C’est exactement à ce moment là que je lui ai dit “Ma chérie, oubli le plan B… Les plans B, c’est pour rassurer les parents!”… Et c’est tellement vrai!

Elle n’a pas vraiment l’habitude de m’entendre dire ce genre de choses… Et elle même est plutôt du genre prévoyante. Mais voilà… Je voudrais qu’elle n’ait en ligne de mire que le plan A, celui qui compte vraiment pour elle. Celui qui la fait rêver. La raison pour laquelle elle se lèvera le matin, ravie de commencer sa journée. Je ne veux pas qu’elle se contente d’un plan B et qu’elle oublie ses rêves. Bien sûr, c’est bien d’être prévoyant. Bien sûr il faut savoir rebondir… Mais je crois que les rêves d’enfant s’oublient trop facilement pour être relégués au second plan.

Etre parent, nous fait incroyablement grandir et évoluer. Avoir une entreprise aussi (et je pourrais vous écrire beaucoup à ce sujet!). Je crois que je n’aurai pas réagi comme ça il y a 10 ans. Et je prends conscience que j’ai encore bien du chemin à parcourir. Parfois, je voudrais reprendre mes mots, qu’elle ne doute pas qu’elle puisse vivre de l’écriture ou du dessin. Parce que c’est ce doute là qui peut faire baisser les bras.

En tant que maman, je me rends compte que je suis gardienne des rêves de mes enfants. Tant d’autres essaieront de les décourager, de leur “ouvrir les yeux”, de faire d’eux des personnes “raisonnables”. Mon rôle à moi, c’est de les aimer, et de ne jamais douter qu’ils sont capables de grandes choses.

Parce que ceux qui réussissent sont ceux qui continuent d’essayer encore, et encore…

N’oubliez pas vos rêves <3

Sujets similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.