Comment en finir avec le « qu’est-ce qu’on mange ce soir? » 9


 Avouez qu’on vous pose aussi cette question…

Qu’est-ce qu’on mange ce soir? Cette question, on me la pose tous les jours. Et parfois, je ne sais pas quoi répondre.
Je suppose que si vous êtes ici, c’est que vous êtes en charge de la préparation des repas… Et donc naturellement, vous savez quoi faire à manger n’est-ce pas?!
Non? Rassurez vous, vous n’êtes pas seul!
Vous êtes peut-être un inconditionnel des pâtes, plats préparés ou surgelés à réchauffer vite fait… Ou pas! Ici on n’aime pas trop les trucs industriels, alors ça complique un peu la donne quand à 10 minutes du repas on ne sait toujours pas cuisiner.
Et donc fatalement ça se termine en pâtes les 3/4 du temps (et riz pour le quart restant!)

Alors j’ai expérimenté… et je vous livre le fruit de plusieurs mois années de tests divers et variés.

Le truc qui marche : planifier!

Ça n’a pas l’air glamour du tout, voire ça fait carrément flipper… On peut avoir l’impression de perdre en spontanéïté, ou pire : avoir l’impression d’avoir une vie trop rangée, où l’imprévu n’a aucune place (un ami à moi dirait “vieille vie”, et oui… dit comme ça, ça fait flipper!)
Mais en réalité, si on garde en tête que c’est un système qui peut tout à fait rester flexible pour s’adapter aux imprévus (que ce soit la flemme de cuisiner ou un pote qui vient dîner) la planification a tout plein d’avantages:

On est plus zen

Eh oui, on sait ENFIN quoi répondre à la question qui tue (c’est quand même l’objectif principal!). Fini les moments d’angoisse devant le placard ou le frigo, à se demander ce qu’on va bien pouvoir manger dans 10 minutes. J’exagère à peine!

On fait des économies et on évite de gâchis

En adaptant sa liste de courses au menu (ou l’inverse, selon votre organisation) on est sûr de ne plus oublier de trucs au fond du frigo : plus de gâchis!
Et on n’achète que ce qui sera consommé rapidement : des économies!
Accessoirement on peut prévoir de temps à autres une “soirée restes” si on n’a pas le compas dans l’oeil pour les quantités cuisinées.

On mange (plus) équilibré et de saison

Planifier les repas sur une semaine permet de ne pas manger la même chose plusieurs fois de suite. On mange donc bien souvent beaucoup plus varié que quand le menu n’est pas planifié (en tout cas chez nous ça se vérifie!).
On équilibre les repas sur la semaine et on en profite pour intégrer des légumes de saison, c’est quand même bien meilleur!

On gagne du temps

Puisqu’on ne se demande plus ce qu’on va bien pouvoir cuisiner. Et qu’on n’a pas non plus besoin de faire l’inventaire du frigo et des placards à la recherche de L’IDÉE… On gagne forcément du temps.
Je dis souvent que peu importe la complexité du plat, le plus dur est de trouver ce qu’on va faire à manger.
Et pour ma part c’est assez vrai, tout est plus simple. Plus besoin de courir acheter l’ingrédient manquant au dernier moment, plus besoin d’écarter des idées repas parce que “si j’y avais pensé ce matin, j’aurais sorti ça du congélateur”.
Bref, il n’y a plus qu’à regarder ce qui est prévu au menu et à passer à l’action… Et si on préfère cuisiner ce qui est prévu le surlendemain, on peut aussi échanger selon l’inspiration.

Et cerise sur le gâteau : on peut faire participer et/ou valider le planning par toute la famille. Ça limite beaucoup les protestations de dernière minute.

Effet bonus : Si vous notez vos menus régulièrement, vous pourrez aussi vous y référer si vous avez vraiment une grosse panne d’inspiration.

Oui mais…

Si c’était si simple, ça se saurait! Planifier ses repas, sur la durée ça n’est pas aussi facile.

Je le sais bien, et il n’y a probablement pas de méthode miracle. Mais il y a des trucs qui fonctionnent, et peut-être que c’est en testant qu’on finit par élaborer sa propre façon de faire.

Ce que j’ai essayé, et qui n’a pas marché :

Planifier juste quelques jours à la fois
Au final soit on a de bonnes idées mais pas ce qu’il faut dans le placard. Soit on n’a pas d’idées et ça se termine en “pâtes à la sauce tomates”. Soit on a plein d’idées mais c’est loin d’être équilibré (du style raclette, puis fondue et enfin pizza…)

Faire des menus fixes, sur deux semaines, trois semaines ou un mois… et recommencer, en boucle.
On finissait toujours par se lasser, avec l’impression de manger toujours la même chose. Et en plus on avait beaucoup de mal à y intégrer des aliments de saison. Même si chez nous on utilise aussi beaucoup les conserves maison et le congélateur, ce qui nous permet de manger des haricots verts en plein hiver!

Comment je procède

Lister les impératifs pour chaque jour de la semaine.

Un soir où on rentre tard du boulot, ou des enfants à conduire ou récupérer à la sortie d’une activité extra-scolaire. Ou même un soir où on fait soi-même une activité, et il faut alors une bonne organisation pour planifier le repas (et pas que ça!) sous peine de se retrouver à manger des coquillettes plus souvent qu’à notre goût.
Un mari qui a besoin de reprendre des restes à réchauffer de temps en temps?
Des repas pris en décalé (et qui nécessitent donc soir de rester au chaud, soit de se réchauffer convenablement)…

Faites une liste de plats

Dans un premier temps ceux que vous faites souvent, et qui sont une valeur sûre chez vous. Ils vont constituer la base de vos futurs menus.

Puis éventuellement ceux que vous aimeriez tester (qui sont par exemple présentes dans vos livres, ou sur votre tableau Pinterest).

Classez vos recettes “valeurs sûres” en différentes catégories

Bien entendu, c’est là que ça se corse…

Ici, l’élément central d’un repas n’est pas la viande. J’ai donc listé mes repas en fonction de la céréale ou du légume principal utilisé (En clair : patate / riz / pâtes, on ne va pas se mentir hein… j’ai gardé les valeurs sûres!).
J’ai aussi répertorié quelques inclassables : les repas à base de fromage, ou les repas sucrés… totalement régressifs! (qu’on ne veut pas manger plus d’une fois par semaine!) et les plats plaisir, qu’on aime manger au moins une fois par mois (la pizza par exemple).

Classer les repas en fonction de votre emploi du temps (les fameux impératifs) et de vos envies

Bien entendu c’est très schématique, mais l’idée est là.
J’ai réparti les différents types de plats en fonction de la possibilité de les réchauffer, ou de la rapidité de préparation… Typiquement le bouillon c’est un plat du dimanche!
Le mardi j’anticipe la préparation de la pâte à pizza à l’heure du goûter, ce que je ne peux pas faire le mercredi à cause des conduites au sport…

J’ai donc décidé de lister mes menus de la façon qui suit, pour en faire une trame:
Le lundi c’est patates vapeur, ou semoule
Le mardi c’est “plat plaisir”
Le mercredi c’est pates ou pommes de terres rissolées
Le jeudi c’est Riz ou galettes, ou gnocchis
Le vendredi c’est sucré ou fromage
Le samedi c’est frites ou pates
Le dimanche c’est gratin/purée/patates sautées ou bouillon, soupe, crudités, croque monsieur ou encore restes

De cette façon, je ne mange pas tous les mercredis des “pâtes sauce tomate”, mais j’alterne aussi avec des “pâtes poulet champignons”, “pâtes poivrons/tomates”, “salade de pâtes” (quand c’est la saison), “spaghettis bolognaise”…
Les plats “de base” sont agrémentés de légumes qui proviennent soit de conserves (le plus possible maison), soit du congélateur… Et quand c’est possible, directement du jardin!

La prochaine étape, ce sera de répertorier les recettes “à tester” croisées sur les blogs, enregistrées sur mon tableau recettes Pinterest ou plus basiquement dans mon classeur.
Je pourrai de temps en temps intégrer une de ces fameuses recettes, histoire de varier les plaisirs!

Une fois cette trame définie il vous sera beaucoup plus facile d’établir vos menus, même pour deux semaines! (et de préparer la liste de courses qui va avec!).
Maintenant, vous savez quoi répondre à la question “Qu’est-ce qu’on mange?”
Et vous, vous organisez comment vos repas?

Sujets similaires


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 commentaires sur “Comment en finir avec le « qu’est-ce qu’on mange ce soir? »

  • Mam's Angélique

    J’adhère totalement à l’idée de préétablir les menus à l’avance. Je l’ai déjà testé mais pas systématisé. Si je te suis c’est parce qu’il me manque quelques années d’expérimentation.
    Bon cette intermittence organisation- Non organisation me permet de bien expérimenter la différence. Lorsque je planifie nous mangeons plus varié, plus raisonné, nous économisons et gagnons du temps.
    J’aime aussi l’idée de varier sur un thème. Ça sera mon Level 2. J’aimerais faire une journée Vegan, une sans viande, régressive (Merci Mam’s Delphine pour l’inspiration), soupe ou salade selon la saison,…
    Actuellement mon truc à moi c’est de cuisiner des plats en quantité importante le WE ou le mercredi pour n’avoir qu’à réchauffer pour nos gamelles du midi ou les soirs de grand boom.
    J’essaie d’avoir un référentiel de menus rapides et qui font l’unanimité.
    Sinon je suis très aidée par mon Cookeo et pas aidée du tout par ma vieille gaziniere qui fonctionne littéralement à moitié.

    • Delphine Auteur de l’article

      Ah oui, il m’arrive de ne pas préparer les menus à l’avance aussi… pendant les vacances scolaires, de temps en temps il y a relâche :/
      Et systématiquement on mange moins varié et moins équilibré. Nos expériences se recoupent !
      J’aime bien l’idée des thématiques, c’est une chouette idée 🙂

      Quand je cuisine certains plats, je me débrouille toujours pour qu’il en reste pour mes repas solitaires du midi (ou carrément faire double portion pour congeler ou mettre en conserve pour la fois suivante… les lasagnes, la bolognaise ou la soupe s’y prêtent bien par exemple).
      Quand mes bébés étaient encore bébés, j’en faisais aussi un max le WE (y compris leurs petits pots!) et en début de semaine c’était quasi uniquement du réchauffage. Ça soulage pas mal le timing toujours trop serré quand il y a des bains à donner et un allaitement au milieu.

      Ça ne doit pas être simple tous les jours avec 1/2 gazinière :/

  • Marie

    Cela fait quelques années maintenant que j’ai pris l’habitude de planifier mes menus. Dans un premier temps, je note ce qu’il me reste dans le frigo, puis selon mes envies culinaires (en ce moment tartiflette, raclette?), les promotions du moment et aussi dans le soucis d’équilibrer mon alimentation je crée une liste de repas pour la semaine que je viens répertorier dans mon tableau qui contient chaque jour de la semaine. Ainsi en rentrant du travail, il suffit d’y jeter un coup d’oeil et pas de questions à se poser. J’ai également créé une liste de courses en fonction des rayons (épicerie, crémerie, surgelés…) de manière à ne rien oublier en étant dans le magasin. J’aime beaucoup tester de nouvelles recettes, alors une fois testées et surtout approuvées, je les reporte dans un cahier pour me constituer une base que je consulte lorsque je suis en panne d’idées.
    Dernière astuce, j’ai toujours dans mes placards des ingrédients indispensables (pâtes, coulis de tomates, jambon, champignons, légumes surgelés) pour palier à un manque d’idées ou de temps. Je suis plutôt adepte des plats complets par exemple les lasagnes, canneloni, hachis parmentier qu’il est possible de varier à l’infini. Par exemple lasagne au thon, canneloni à la ratatouille, hachi parmentier au potiron…

    • Mam's Angélique

      Tu viens de me rappeler que pendant un temps j’avais aussi une liste de course par rayon vierge. C’était pratique.
      Tes idées m’ont donné faim, je pars manger. Ici poisson surgelé à la bordelaise, fondue de poireaux au Cookeo. À partir demain et jusqu’au 31 j’ai fait une liste de menus. Je suis fière lol Bon appétit !

    • Delphine Auteur de l’article

      Ha oui, moi aussi J’avais une liste de courses vierge classée par rayons 😀
      J’ai tellement horreur de faire des courses qu’il faut que ce soit efficace! Sans compter que sans listes, on se laisse aussi tenter par des trucs inutiles (ou on oublie des trucs, ce qui nous oblige à y retourner…)
      Maintenant je classe aussi par type de magasin…
      Primeur, Hyper, Bio (…)
      J’utilise aussi une appli sur mon smartphone pour faire ma liste de courses.
      Les lasagnes au thon, j’ai jamais fait… Hop, une nouvelle recette à tester 😀

      • Mam's Angélique

        Hier j’ai fait les courses pour mes menus préétablis jusqu’au 31 avec une liste par rayon. Vive Unik Mam’s
        Quelle application tu utilises Delphine?

      • Delphine Auteur de l’article

        J’utilise Quoty
        L’application s’appelait autrement avant, et elle était bien mieux… Plus simple, pas de publicité. Je regrette bien d’avoir fait la mise à jour :(.
        Ce que j’aime bien c’est que c’est classé par rayons, et que les produits que je met souvent dans ma liste sont en favoris, ce qui permet de faire une liste ultra rapidement!

  • Mam's Angélique

    J’oubliais un petit truc d’organisation qui marche bien ici pour les courses. Sur un tableau, on écrit des que l’un de nous vide quelque chose de basique ex: croquettes pour les chats, dentifrice, avant dernier pack d’eau …

    • Delphine Auteur de l’article

      Ah ici j’ai testé et ça n’a pas fonctionné alors je checke rapidement avant de partir… Et je croise les doigts pour ne rien oublier de capital :p
      Enfin… Quand les enfants entament le dernier pack de lait ou qu’il n’y a plus de croquettes ils me le disent, et je l’ajoute (en théorie) tout de suite sur mon appli.